Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Mercredi, 15 mars 2017

Prévoyance vieillesse 2020 : les vert’libéraux soutiennent une votation populaire

« La réforme proposée de la prévoyance vieillesse est très loin de notre idéal. La diminution du taux de conver-sion minimal ainsi que la flexibilisation et l’égalité entre femmes et hommes concernant l'âge de la retraite sont à relever positivement. Cependant, l’expansion de l’AVS selon le système de l’arrosoir est une pilule dure à avaler et déloyale à l’égard des générations futures », estime la présidente du groupe parlementaire Tiana Moser. Il faut peser ces avantages et inconvénients. Comme il n’est pas réaliste que le parlement, dans sa composition actuelle, adopte une meilleure réforme, le peuple devrait pouvoir s’exprimer sur le présent paquet de réformes. C’est pour ces raisons que les vert’libéraux accepteront la proposition de la conférence de conciliation.

Pour les vert’libéraux, une réforme de la prévoyance vieillesse est indispensable. L’adaptation du taux de conversion minimal et de l’âge de la retraite des femmes est absolument nécessaire du fait de l’évolution démographique. La proposition de la conférence de conciliation répond à ces deux exigences. Cependant, cette proposition ne contient guère de progrès par rap-port à l’égalité entre femmes et hommes et créera en fait une AVS à deux vitesses. Sous la forme de l’augmentation de l’AVS selon le système de l’arrosoir, on fait surtout une promesse à la génération de transition qu’on ne pourra pas tenir longtemps. Les générations à venir ne pourront tout simplement pas la financer.

Impliquer la population
Pour que le peuple puisse s’exprimer sur cette question cruciale et un large débat sur l’avenir des assurances sociales ait lieu, les vert’libéraux approuveront la réforme au Conseil national. Malheureusement, il ne sera pas réaliste de créer un meilleur projet qui soit capable de réunir une majorité. On risque plutôt d’être confronté à un long blocage et une perte de confiance au sein de la population à l’égard du parlement. La décision prise par le groupe aujourd’hui ne représente explicitement pas une garantie d’un soutien éventuel en cas de votation populaire. La responsabilité pour ce projet incombe au PS et au PDC qui, sans compromis, ont imposé l’augmentation de l’AVS selon le système de l’arrosoir. 

Maintenir la pression en faveur de réformes
Par son renoncement à une augmentation massive de la TVA, la conférence de conciliation a réalisé au moins un seul compromis à l’égard du Conseil national. Les vert’libéraux y voient une opportunité, puisque c’est ainsi qu’on maintiendra la pression en faveur de réformes. Par conséquent, le débat sur un frein à l’endettement pour l’AVS restera d’actualité. Comme effet secondaire positif du projet actuel, on pourra maintenir le taux de TVA à 8 % sans interruption, ce qui permettra à l’économie d’éviter des coûts de transition élevés.