Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Mercredi, 27 mai 2020

Réforme de la prévoyance professionnelle: Jeunes et travailleurs à temps partiel enfin traités équitablement

"La réforme du deuxième pilier est urgente. La lente dégradation de la situation des jeunes vis-à-vis de la pré-voyance professionnelle doit cesser. En effet, cela signifie également une discrimination systématique des em-ployés à temps partiel ou qui ont plusieurs emplois", déclare la conseillère nationale Melanie Mettler. Ainsi, les vert’libéraux approuvent l'abaissement du taux de conversion minimum et de la déduction de coordination. En revanche, les vert’libéraux sont d’avis que la réforme ne va pas assez loin : pour que les fonds de pension s’adaptent à l'évolution du monde du travail, il faudrait en effet que le taux de conversion minimum ne soit plus une question politique mais uniquement arithmétique. De plus, la déduction de coordination devrait être supprimée. Afin d’avoir une proposition sur la table arrive à rassembler une majorité, les vert’libéraux appuieront des mesures de compensation ciblées et temporaires pour la génération dite de transition.

Les vert’libéraux ont toujours exigé que le deuxième pilier soit aussi restructuré, parallèlement à la réforme de l'AVS. L'âge de référence pour la retraite dans le régime de la LPP doit être aligné sur celui du premier pilier (Cela signifierait 65 ans pour les hommes et les femmes dans un premier temps). En revanche, un taux de conversion inférieur minimum est indispensable pour maintenir l’équité intergénérationnelle. En soi, le véritable objectif est que la méthode de calcul soit indépendante de toute considération. Ensuite, la réduction de moitié de la déduction de coordination diminue en partie la discrimination des employés à temps partiel. Par ailleurs, elle améliore aussi souvent la situation inégalitaire de nombreuses femmes dans ce domaine. Toutefois, il serait préférable et encore plus correct pour ces catégories de travailleurs de supprimer complètement la déduction de coordination et donc d'abaisser le seuil d'accès. Les vert’libéraux saluent également l'harmonisation des régimes concernant les bonifications vieillesse. Cela permettra de réduire les coûts non liés au pur revenu du travail pour les plus de 54 ans, ce qui devrait améliorer la situation des chômeurs de cet âge-là sur le marché du travail. Il devrait également être possible d’épargner dès l’âge de 18 ans et non 20 ans comme c’est le cas actuellement.

 

Des mesures de compensation ciblées au lieu du système de supplément de pension illimité

 

Le système dit du "supplément de pension" est rejeté en tant que méthode extra-système par répartition. En effet, cette méthode est également problématique car elle s’applique de façon illimitée et peu différenciée. En revanche, les vert’libéraux ne sont pas opposés à des mesures compensatoires ciblées, basées sur les besoins et temporaires pour la génération dite de transition. Celles-ci sont appropriées précisément parce que cette génération a été systématiquement désavantagée dans le passé (exemple : la déduction de coordination).