Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Vendredi, 13 janvier 2017

La révision de la prévoyance vieillesse 2020 devra réussir

Les vert’libéraux soutiennent les arrêtés de la commission de sécurité sociale et de santé publique (CSSS-N) par rapport à la prévoyance vieillesse 2020. Les diminutions de rente engendrées par la réduction du taux de conversion seront compensées, à juste titre, au sein du deuxième pilier. La suppression de la déduction de coordination permet des améliorations en faveur des employés à temps partiel et des petits revenus par rapport au deuxième pilier. « Le modèle de la CSSS-N pour la compensation de la réduction du taux de conversion améliorera la pension de beaucoup de femmes qui exercent une activité professionnelle et répondra en grande partie aux préoccupations des vert’libéraux », dit le Conseiller national Thomas Weibel.

Compensation de la réduction du taux de conversion là où elle doit être : au deuxième pilier
À juste titre, le modèle modifié par la CSSS-N compensera la réduction du taux de conversion minimal à l’intérieur du deuxième pilier. Cette mesure prendra en compte la récente critique émise contre le Conseil national. À savoir que les contributions du groupe des 25-44 ans doivent être diminuées de façon considérable tandis que la durée de la génération de transition devra être limitée à 20 ans. Tout ceci sans augmenter la charge des plus de 55 ans.

La diminution du taux de conversion est certes douloureuse, mais elle assurera les pensions des générations à venir. De plus, la suppression de la déduction de coordination apportera plus de justice aux employés d’aujourd’hui. En outre elle prend en compte les changements du monde de travail avec toujours davantage de travail à temps partiel, réparti en partie sur plusieurs employeurs. Et ceci sans discriminer les personnes gagnant peu d’argent. Le modèle de la CSSS-N engendrera des améliorations des prestations pour beaucoup des femmes et, selon les calculs de l’OFAS, coûtera 700 millions de francs moins cher par rapport au modèle du Conseil des États.

L’introduction d’un frein à l’endettement reste indispensable
Très tôt déjà les vert’libéraux ont demandé l’introduction d’un frein à l’endettement pour les institutions sociales. Ils soutiennent que le mécanisme d’intervention continue à faire partie du projet de réforme même si la forme concrète peut être encore améliorée.

Il reste beaucoup à faire en dépit d’un rapprochement
Même si beaucoup de différences par rapport au Conseil des États one été éliminées, des divergences majeures et fondamentales persistent. Les Conseils ont maintenant la tâche de trouver un consensus, car le projet de réforme ne devra pas échouer lors de la session de mars. Les vert’libéraux sont ainsi confiants que le projet pourra être amené à une conclusion positive.