Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Mardi, 5 juillet 2016

L’augmentation des effectifs du Corps des gardes-frontière va dans la bonne direction : les Vert’libéraux insistent sur une compensation dans le budget de l’armée

Les Vert’libéraux saluent la décision d’augmenter les effectifs du Corps des gardes-frontière. Il est cependant incompréhensible que les moyens nécessaires ne soient pas compensés dans le budget de l’armée. Après la suspension du projet DSA/BODLUV 2020, les budgets alloués à l’armée dépassent les besoins des projets d’armement ayant atteint la maturité d’acquisition. C’est pourquoi les Vert’libéraux demanderont cette compensation à nouveau au sein de la commission des finances.

Le Corps des gardes-frontière a vu sa charge augmentée à cause de la crise des réfugiés, mais aussi en raison de l'accroissement du tourisme d’achats. C’est pourquoi les Vert’libéraux soutiennent les investissements dans la formation et le personnel du Corps des gardes-frontière approuvés par la commission de la politique de sécurité du Conseil national (CPS-N). Ceci permet aussi d’éviter l’engagement de miliciens armés pour sécuriser nos postes frontières. En effet, du point de vue des Vert’libéraux la protection immédiate des frontières est clairement la tâche d’un Corps de gardes-frontière professionnel.

Manque de responsabilité financière de la CPS-N
Les Vert’libéraux ont demandé de compenser les moyens nécessaires pour le Corps des gardes-frontière dans le budget de l’armée. Pour des raisons incompréhensibles une majorité de la CPS-N a rejeté une telle compensation. Cette décision a été prise en dépit du fait que les budgets disponibles dépassent les besoins de financement de projets d’armement après la suspension du projet de défense sol-air 2020 (DSA/BODLUV 2020). « Une fois de plus la droite bourgeoise, majoritaire au parlement, ne fait preuve d’aucune responsabilité financière. Il faut espérer que la commission des finances corrigera cette décision », estime le Conseiller national Thomas Weibel. Les Vert’libéraux demanderont à nouveau la compensation au sein de la commission de finances.