Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Samedi, 4 juillet 2020

Non à l’initiative de résiliation : les vert’libéraux s’engagent pour une Suisse ouverte au monde !

Lors de leur assemblée des délégués digitale, les vert‘libéraux ont rejeté nettement l'initiative de résiliation. En effet, les relations bilatérales avec l'UE ont toujours été couronnées de succès et sont absolument essentielles pour que la Suisse reste un centre d'affaires et de recherche. Les accords bilatéraux doivent être développés davantage pour garantir la prospérité de notre pays. Après un discours de la Conseillère fédérale Viola Amherd, les délégués ont décidé d’accepter l'acquisition de nouveaux avions de chasse. L'argument selon lequel la Suisse, en tant que pays neutre, doit garantir la surveillance de son espace aérien en vertu du droit international, a joué un rôle important dans cette décision. Les vert’libéraux se sont également prononcés pour un non à la loi sur la chasse, dont la nouvelle mouture donne une autorisation de tirer sur les espèces protégées. Ensuite, pour la majorité des délégués, les arguments ayant mené à la proposition pour augmenter déductions pour enfants sont trompeurs et ne permettent en aucun cas de développer les bases saines d’une politique familiale moderne. Enfin, les délégués ont clairement soutenu le congé de paternité de deux semaines. Effectivement, il s’agit d’un premier pas dans la bonne direction, bien que l’idéal pour les vert’libéraux soit un congé parental à répartir de façon égale entre les deux parents.

Le non à l'initiative de résiliation a été très clair avec 136 contre 2 voix et 0 abstention. « Cette initiative est une attaque directe et frontale contre la prospérité de la Suisse, sa compétitivité mais également contre la formation, la recherche et l’innovation. Les initiants proposent une Suisse qui se replie sur elle-même, qui s’isole. Le rejet doit être massif pour garder une Suisse ouverte, forte et innovante », a déclaré le Conseiller national Michel Matter.

 

Un Oui à l'acquisition des avions de chasse a été jugé nécessaire par les vert’libéraux. « En effet, ce n'est qu'ainsi que notre pays pourra accomplir l’obligation de surveillance de son espace aérien prévue par le droit international », a souligné le vice-président du groupe parlementaire, Beat Flach. Contrairement à la proposition concernant le Gripen, que les vert’libéraux avaient rejeté, les achats projetés seront pleinement intégrés dans le budget de l'armée et n'impliqueront pas l'exploitation de deux flottes d'avions simultanément. Une majorité des délégués a donc été convaincue par ces arguments et s’est prononcé pour le Oui avec 82 contre 55 voix et 7 abstentions.

 

Avec 138 non, 1 oui et 2 abstentions, les vert’libéraux se sont prononcés à une immense majorité contre la loi sur la chasse, dont la nouvelle version est pour les délégués une pure et simple autorisation de tir sur la biodiversité indigène, déjà en péril à l’heure actuelle. Au lieu d’aller de s’engager sur cette voie, les vert’libéraux veulent plus de protection de la biodiversité et des mesures politiques correspondantes.

 

Engagement vert’libéral en faveur d'une politique familiale moderne

Pour la majorité des délégués, les arguments ayant mené à la proposition d’augmenter les déductions fiscales pour la garde des enfants par des tiers sur laquelle les Suisses voteront est en réalité trompeuse et ne permet en aucun cas de développer les bases saines d’une politique familiale progressiste. En conséquence, les vert’libéraux ont rejeté cet objet avec 130 contre 5 voix et 5 abstentions. La pénurie de travailleurs qualifiés peut être combattue beaucoup plus efficacement par d’autres mesures politiques, notamment l'imposition individuelle des personnes physiques. De plus, les vert’libéraux ont soutenu la proposition initiale du Conseil fédéral concernant une aide ciblée pour la garde d'enfants extrafamiliale, comme le demandait une initiative parlementaire.

 

Enfin, les délégués ont clairement soutenu le congé de paternité de deux semaines avec 128 contre 9 voix et 1 abstention en considérant cette étape comme un premier pas dans la bonne direction. L'objectif des vert’libéraux reste à terme l’introduction d’un congé parental.