Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Lundi, 18 janvier 2021

Votations du 7 mars 2021: Les vert’libéraux vaudois se sont positionnés en faveur d’une société progressiste, ouverte et libérale

Avec une participation record pour leur première assemblée générale en ligne, les vert’libéraux vaudois ont débattu des trois objets qui seront soumis au vote du peuple le 7 mars prochain. L’initiative “Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage”, lancée par le comité interpartis d’Egerkingen, a été clairement refusée. En effet, après des débats nourris, l’assemblée a rejeté ce texte à 58% des voix contre 40% de oui et 2% d'abstention. “Une telle interdiction n’amène rien et bloquerait la situation. En revanche, les mesures de prévention et d’intégration sont à renforcer pour garantir une bonne cohabitation de toutes et tous au sein de notre société,” a relevé Claire Richard, présidente du parti. Concernant l’accord de libre-échange avec l’Indonésie, la section cantonale s’est prononcé en sa faveur, avec 65% des suffrages contre 24% de non et 11% d'abstention. En effet, au vu des éléments présentés, il a été jugé que cet accord contenait des exigences de durabilité élevées et satisfaisantes par rapport à la situation actuelle. Concernant l’IED, l’assemblée, très partagée, a décidé de ne pas émettre de recommandation de vote.

En raison de la situation sanitaire actuelle, les vert’libéraux vaudois ont tenu leur assemblée générale de façon digitale. La soirée fut consacrée principalement aux prises de position sur les votations du 7 mars 2021. L’assemblée a rejeté l’initiative pour l’interdiction de se dissimuler le visage. L’acceptation d’une telle interdiction risquerait en effet d’être contre-productive en menant à une situation d’isolement complet pour les rares femmes concernées résidant en Suisse. De plus, les libertés personnelles et religieuses doivent tant que possible généralement prévaloir dans les ingérences d’Etat, et l’initiative proposée est à cet égard disproportionnée. Finalement, les vert’libéraux vaudois sont d’avis que le contre-projet indirect du Conseil fédéral satisfait tout à fait les objectifs en matière de sécurité publique qui sont notamment invoqués par les initiants.

 

En ce qui concerne l’accord de libre-échange avec l’Indonésie, les vert’libéraux vaudois donnent un oui pragmatique à ce texte. Les conditions par rapport à la protection de l’environnement contenues dans cet accord ont été jugées très complètes par l’assistance et garantissent un standard élevé de durabilité. Enfin, concernant l’absence de recommandation de vote par rapport à la loi fédérale sur les services d’identification électronique (I-ED), elle s’explique par le fait que l’assistance était partagée entre le côté très innovant amené par cette loi et l’aspect négatif que des données sensibles pourraient se retrouver en mains d’entreprises privées. Par conséquent, après quelques discussions, les vert’libéraux vaudois ont décidé de ne pas donner de recommandation sur cet objet.