Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Jeudi, 2 juillet 2020

Forts du succès de 2019, les vert’libéraux vaudois renouvellent leur présidence !

Après un succès électoral marqué lors des élections fédérales 2019, avec à la clef un deuxième siège pour François Pointet, le Parti vert’libéral vaudois renouvelle sa présidence. En effet, après plus de six ans à la tête du Parti vert’libéral vaudois, le désormais Conseiller national vert’libéral a décidé de donner les rênes à un trio expérimenté, élu à l’unanimité lors de l’Assemblée générale. Claire Richard, actuelle cheffe de groupe vert’libéral au Grand conseil vaudois a été élue avec succès pour prendre la tête de cette force politique progressiste. Ecrivain public, engagée dans de nombreuses associations et vert’libérale de la première heure, elle se réjouit de continuer à construire un parti qui offre une alternative progressiste aux vaudoises et aux vaudois. "Les défis pour notre parti sont nombreux, notamment celui de pouvoir accompagner son expansion à tous les niveaux et continuer à promouvoir les valeurs vert’libérales auprès des vaudoises et vaudois." disait la Présidente nouvellement élue. Elle sera entourée de deux Vice-présidents, Caroline Gilgen, Directrice de la Fondation Soins Lausanne, déjà Vice-présidente du parti vaudois et Présidente de la section vert’libérale du Grand Lausanne et Jean-François Chapuisat, Formateur d'adultes, député vert’libéral au Grand conseil vaudois.

Réunis en Assemblée générale mercredi soir, les vert’libéraux vaudois ont désigné leur nouvelle présidence. En effet, François Pointet, désormais Conseiller national, a souhaité se retirer afin de pouvoir se concentrer sur son mandat politique à Berne. Claire Richard (Présidente élue), Caroline Gilgen et Jean-François Chapuisat (Vice-présidents élus) ont répondu présents afin d’assurer la continuité de la gestion politique et opérationnelle du parti. « Nous avons énormément de projets pour faire grandir les vert’libéraux vaudois en impliquant plus de forces vives au niveau cantonal, notamment les Jeunes vert’libéraux, qui nous ont toujours fait preuve d’un engagement sans faille pour le parti.» disait avec conviction Jean-François Chapuisat. « Les prochaines échéances électorales sont décisives pour notre parti et nous souhaitons gagner en importance, tant au niveau communal que cantonal. Nous avons démontré en 2019 que les valeurs progressistes des vert’libéraux ont un public, souvent à la recherche d’une alternative aux éternels clivages gauche-droite et qui fait preuve de pragmatisme dans le dossier écologique.» ajoutait Caroline Gilgen. Après les premiers pas et dix ans d’existence, le temps de la maturité est désormais venu pour les vert’libéraux vaudois, qui se réjouissent de continuer à mener une politique pour un canton innovant, progressiste et durable.