Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Jeudi, 2 février 2017

Le cas de Leibstadt le montre : un concept d’exploitation sécurisé est indispensable pour les centrales nucléaires

Les vert’libéraux exigent un concept d’exploitation à long terme pour les centrales nucléaires depuis des années. Au parlement, la droite bourgeoise a toujours empêché un tel concept. L’insécurité par rapport aux dommages sur les éléments combustibles de la centrale de Leibstadt démontre ce besoin. « Il ne faut pas dévier du principe ‘safety first’ concernant nos centrales nucléaires. Par conséquent, les vert’libéraux demandent du Conseil fédéral qu’il établisse le concept d’exploitation à long terme au niveau de l’ordonnance », dit le président de parti Martin Bäumle.

Depuis août 2016 la centrale nucléaire de Leibstadt est arrêtée. La raison de cet arrêt sont, semble-t-il, les dommages aux éléments combustibles dû à une insuffisance de refroidissement. Cet incident démontre l’importance cruciale de la sécurité des centrales nucléaires vieillissantes de notre pays. Dans ce contexte, il reste incompréhensible pour les vert’libéraux que le Conseil fédéral et le parlement aient renoncé à un concept sécurisé d’exploitation à long terme dans le cadre de la stratégie énergétique 2050.

L’IFSN doit imposer des marges de sécurité de façon indépendante
Il faut que les normes de sécurité d’un concept d’exploitation à long terme ne soient pas seulement minimales. On devrait plutôt les augmenter de façon continue. Ces normes doivent prendre en compte les développements et expériences à l’intérieur de notre pays ainsi qu’à l’étranger. Il est en outre crucial que l’autorité de sécurité IFSN puisse imposer cette marge de sécurité de façon indépendante et sur la base d’un fondement légal. Au cas d’infractions aux normes de sécurité l’IFSN devrait avoir la capacité d’infliger des sanctions qui peuvent aller jusqu’à l’arrêt de centrales nucléaires.