Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Samedi, 2 mai 2020

Sauvetage du secteur aérien par des obligations vertes (« green bonds »)

Pour les vert’libéraux, il est hors de question que la Confédération sauve l'aviation à coup de milliards sans imposer des conditions de durabilité à ce secteur. Par ailleurs, un tel prêt comporte un risque énorme de ne pas être remboursé. Pour toutes ces raisons, les vert’libéraux ont amené hier une proposition concrète par le biais d'un dépôt effectué par Michel Matter, Conseiller national vert'libéral genevois et membre de la Commission des finances du Conseil national. Le texte du groupe vert'libéral propose en effet d'utiliser l'instrument des "obligations climatiques "ou "obligations vertes" (« green bonds ») comme levier de réduction progressive des gaz à effet de serre par les compagnies aériennes. Par ailleurs, si le parlement venait à refuser toute exigence climatique comme condition de soutien au domaine aérien, le groupe vert’libéral refusera à l'octroi de crédit à coups de milliards à ce secteur.

Le texte complet de la proposition vert’libérale déposée par Michel Matter à la Commission des finances:

 

Les crédits de transition COVID pour les compagnies aériennes devraient être progressivement remplacés au cours de leur validité par des prêts à long terme octroyés par la Confédération. En effet, l'octroi de ces prêts à long terme devrait être lié à la condition que les compagnies aériennes utilisent ces ressources financières pour des investissements visant à réduire progressivement leurs émissions de gaz à effet de serre à 0 en 2050. La Confédération financerait ces prêts aux compagnies aériennes en émettant des obligations vertes (green bonds).

 

Développement

 

Dans la proposition de soutien aux compagnies aériennes faite par le Conseil fédéral, les actions de Swiss et d'Edelweiss serviront à garantir les crédits de transition COVID. Cela signifie que les compagnies aériennes deviendront la propriété de la Confédération si les crédits de transition ne peuvent pas être remboursés. Cependant, cette solution n’est absolument pas optimale d’un point de vue économique et de la libre concurrence. Aussi, le Conseil fédéral n'a déclaré jusqu’à présent aucune volonté d’obtenir une participation au capital de Swiss et d'Edelweiss. Économiquement parlant, il est tout à fait sensé que ces deux compagnies aériennes qui vont bénéficier du soutien de la Confédération continuent de faire partie du groupe Lufthansa. Par conséquent, les prêts à long terme sont donc un instrument plus adapté de soutenir ces compagnies qu’une simple participation au capital.

 

D'autre part, le secteur de l'aviation devra faire des efforts beaucoup plus importants dans les années à venir pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, qui ont augmenté de 71.65 % depuis 1990 et sont aujourd’hui responsables pour 19 % de l’impact climatique Suisse. En accordant des prêts liés à des investissements dans la protection du climat, ces efforts peuvent être activement soutenus par la Confédération. De plus, l'émission d'obligations vertes (green bonds) offre aux investisseurs de nouvelles possibilités d'investir leur capital dans des instruments financiers durables.

 

Les crédits de transition COVID sont une mesure d'urgence temporaire destinée à assurer rapidement la liquidité des compagnies aériennes. Dans les prochains mois, les parties concernées auront du temps pour s’accorder sur les conditions de remplacement de ces crédits de transition par des prêts à long terme (green bonds) liés à des investissements dans la protection du climat dans le secteur aérien.