Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Mardi, 7 mars 2017

Les vert’libéraux rejettent l’initiative « suppression des redevances Billag », mais soutiennent une réforme ciblée du service public

« L’initiative No Billag ne demande pas une réforme ciblée, mais un démantèlement dans le domaine du service public », estime le Conseiller national Jürg Grossen. C’est pour cette raison que les vert’libéraux au Conseil national rejetteront cette initiative à l’unanimité. Cependant, les vert’libéraux soutiennent des réformes ciblées. D’une part, le service public dans le domaine des médias devra être adapté à l’ère numérique, d’autre part on devra prendre en compte davantage les fournisseurs privés. Une étape importante sera le modèle de contenu libre lancé par les vert’libéraux, en faveur duquel s’est prononcée la commission compétente du Conseil national.

Le titre de l’initiative No Billag est trompeur, car elle n’envisage pas seulement d’abolir le système de facturation et d'encaissement actuellement en place, mais aussi d’interdire la totalité du financement du service public par des redevances. Ce démantèlement n’est ni susceptible de réunir une majorité ni judicieux. Les vert’libéraux reconnaissent que les médias jouent un rôle crucial pour la cohésion culturelle et politique de notre pays ainsi que pour l’information à la population. L’état doit avoir la capacité de garantir cet approvisionnement de base aussi à l’avenir. Cependant, il faudra prendre en compte davantage la numérisation et les fournisseurs privés.

Le modèle de contenu libre comme première étape vers la modernisation
Dans un avenir proche le Conseil national se prononcera sur la motion de la commission sur un modèle de contenu libre qui est basée sur une demande de Jürg Grossen. Ce modèle facilite l’utilisation ultérieure des autoproductions de la SSR. « Le modèle de contenu libre amène à une diffusion plus généralisée d’émissions de la SSR financées par des redevances. Cela va tout à fait dans le sens du service public. Le pluralisme des opinions et des médias sera en outre augmenté quand les médias privés pourront complémenter les contributions de la SSR avec leurs propres reportages », souligne le Conseiller national Jürg Grossen.

Une prise de position détaillée de Jürg Grossen sur le sujet du modèle de contenu libre est disponible sur le lien suivant :