Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Vendredi, 25 juin 2021

Réforme de la LPP : Garder l’avenir dans le viseur

Il est incontestable que la prévoyance professionnelle dite du deuxième pilier (LPP) a besoin d'être restructurée. En raison du retard accumulé dans les réformes, les conditions-cadres obsolètes de la LPP sont souvent en inadéquation avec les parcours professionnels, les taux d'intérêt et l'espérance de vie d'aujourd'hui. Les vert'libéraux demandent que la redistribution de 60'000 francs en moyenne par an et par rente aux dépens de la population active soit enfin freinée par un taux de conversion plus réaliste. Melanie Mettler, membre de la CSSS-N, poursuit : "Je m'engage pour l'égalité de traitement des différents modèles de vie et d'emploi. En particulier, il faut mettre fin à la discrimination dont sont victimes les femmes en matière de retraite. Ce n'est que de cette manière que la réforme de l'AVS et de la LPP, qui s'impose d'urgence, pourra trouver une majorité dans l'électorat."

Abolir la déduction de coordination et abaisser le seuil d’entrée à 12'458.-

Les emplois à temps partiel et le multisalariat ainsi que les interruptions de carrière sont particulièrement fréquents chez les femmes et les jeunes. Ceux-ci entraînent, hélas, une couverture insuffisante par notre système de pensions. Cette tendance va pourtant continuer à s'accentuer. En effet, la législation actuelle présuppose toujours d’un ménage à revenu unique, avec une charge de travail complète, sans interruption d'emploi et avec un revenu croissant. Ce modèle, très étriqué, ne couvre pas de nombreuses situations de vie et entraîne un désavantage en matière de prévoyance vieillesse. Ainsi, l'écart de pension entre les hommes et les femmes s'élève en moyenne à 20 000 CHF ou 37 % par an - dans la seule prévoyance professionnelle, il atteint 63 %. Afin d'atténuer ces effets, il convient de réduire la déduction de coordination et le seuil d'entrée, idéalement de les supprimer. En outre, l'épargne devrait commencer à l'âge de 20 ans plutôt que de 25 ans.

 

Renforcer le système à trois piliers

Les vert'libéraux soutiennent clairement le système à 3 piliers, dans lequel le premier pilier représente la sécurité de base et est supporté directement par la solidarité sociale (système de cotisations). Le deuxième pilier (LPP), quant à lui, est principalement composé des cotisations personnelles et de celles de l'employeur, mais comporte également des aspects de solidarité. Enfin, le troisième est basé sur l'épargne personnelle pour la retraite. Les trois piliers ont des méthodes de financement différentes pour de bonnes raisons. Les aspects de solidarité du deuxième pilier sont actuellement dépassés à cause de cotisations annuelles des assurés actifs beaucoup trop élevées par rapport aux pensions versées. Cela met en danger le système dans son ensemble. Ces trois piliers ne peuvent être maintenus que si la justice générationnelle s'applique également aux personnes actives et si les biographies professionnelles existantes sont traitées de manière égale. Les vert’libéraux demandent donc que les pourcentages de cotisations salariales soient adaptés pour palier le surcoût de la génération transitoire.

 

Adapter en permanence la prévoyance vieillesse à l'évolution de la situation

Pour les vert'libéraux, il est clair que la procédure actuelle de grandes réformes ne sert plus à rien. Force est de constater qu’elles ont toutes récemment échoué dans les urnes. Il est impératif que nous passions à la planification évolutive et que nous adaptions petit à petit la législation à cette réalité en constante évolution. Les vert'libéraux demandent donc que le Conseil fédéral fasse rapport sur les paramètres pertinents au début de chaque nouvelle législature afin que les mesures nécessaires puissent être prises.