Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Dimanche, 4 mars 2018

Le rejet clair et net de No Billag est réjouissant, maintenant il faut une modernisation du service public dans le domaine des médias

« Le rejet clair et net de No Billag nous réjouit, parce que cette initiative radicale aurait gravement endommagé la diversité des médias et des opinions. Cependant, le verdict d’aujourd’hui n’est pas une carte blanche en faveur du statu quo. Depuis des années, les vert’libéraux s’engagent pour la modernisation du service public dans le domaine des médias qui s’impose d’urgence. La numérisation révolutionne le domaine des médias, c’est une chance d’adapter rapidement la législation poussiéreuse des médias. Le débat devra être directement poursuivi dans le cadre de la nouvelle concession SSR et de la loi sur les médias », dit le président de parti Jürg Grossen. Le nouveau régime financier était aussi incontesté pour le peuple que pour les vert’libéraux.

Le rejet clair et net de l’initiative No Billag ne change rien au grand besoin de réforme dans le paysage médiatique suisse. Bien au contraire, la voie est désormais libre pour un débat constructif sur la modernisation du service public dans le domaine des médias. Par conséquent, les vert’libéraux saluent le fait que la concession SSR actuelle soit prolongée jusqu’à 2022 seulement et, par conséquent, jusqu’à l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur les médias. L’intention d’utiliser la concession limitée aussi pour une concrétisation du mandat de service public de la SSR est également à saluer. À l’avenir, les programmes de la SSR devront se distinguer davantage des programmes des fournisseurs privés et les concurrencer aussi peu que possible.

 

Objectifs de la réforme du point de vue des vert’libéraux

Les vert’libéraux veulent un minimum de service public, mais autant que nécessaire. L’objectif sera une division claire entre les « contenus de service public », financés par nous tous par le biais des redevances, et toutes les autres offres. Concernant le sport et le divertissement, il faudra accorder une priorité au principe de subsidiarité et les fournisseurs privés devront être privilégiés par rapport à la SSR. Les contenus de service public seront à offrir sans aucune restriction par le biais de tous les médias (modèle de contenu libre ou partagé). C’est uniquement ainsi que l’objectif de la Constitution fédérale de répondre aux attentes de tous les groupes de population, d’âge et linguistiques dans leur totalité pourra être atteint.

 

Nouveau régime financier : nécessaire et incontesté

Les vert’libéraux saluent l’acceptation claire et nette du nouveau régime financier. « Le projet était complètement incontesté parce que le fonctionnement de l’État en dépend », souligne la vice-présidente Kathrin Bertschy.