Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Vendredi, 1 décembre 2017

Notre pays a besoin d’une politique climatique ambitieuse

Les vert’libéraux attendent que la Suisse joue un rôle de pionnier en matière de politique climatique au niveau international. L’objectif de 30 pourcent de réduction par rapport à 1990 du Conseil fédéral est insuffisant. Il faut un objectif plus ambitieux, accompagné de mesures plus efficaces. C’est surtout le secteur des transports qu’il faudra mieux prendre en compte, étant donné qu’il s’agit du principal responsable des émissions de CO2. « Une taxe incitative sur les combustibles est indispensable et se fait attendre », estime le président de parti Jürg Grossen.

Du point de vue scientifique, un objectif de réduction de 30 pourcent par rapport à 1990 est nettement insuffisant. La Suisse pourra et devra jouer un rôle de pionnier au niveau international en défendant un objectif plus ambitieux. Cela exige un objectif plus ambitieux au niveau national également. Cependant, dans le sens d’une réduction aussi efficace que possible, une proportion plus élevée de réduction à l’étranger est acceptable pour les vert’libéraux sous la condition qu’un objectif global nettement plus élevé soit défini.

 

Une opportunité pour l’économie

Des investissements dans la protection du climat représentent également une opportunité pour le pôle d’innovation suisse. Pour le secteur des cleantech, des objectifs ambitieux au niveau national en matière de protection du climat sont un vecteur crucial. Afin d’atteindre les objectifs, les vert’libéraux s’orientent vers des systèmes fondés sur les lois du marché. C’est surtout le secteur des transports qui est responsable des émissions beaucoup trop élevées de CO2 dans notre pays. Par conséquent, une taxe incitative sur les combustibles ainsi que l’introduction d’un système de mobility pricing s’imposent d’urgence.

 

Notre réponse du 16 octobre 2016 à la consultation vous offre des informations supplémentaires sur le positionnement des vert’libéraux (en allemand) :