Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Mercredi, 25 octobre 2017

Les vert’libéraux saluent les mesures de réduction des coûts du système de santé

Le rapport des experts sous la direction de l’ancienne sénatrice vert’libérale Verena Diener prouve le besoin d’agir dans le système de santé. Afin de réduire la croissance des coûts, il faudra en effet enfin corriger les mauvaises incitations d’aujourd’hui. Pour atteindre cet objectif, il faudra augmenter la responsabilité provenant de tous les acteurs générant des coûts. La mise en place d’une plus grande transparence est une base nécessaire à cette fin. L’objectif principal devrait être le transfert des traitements résidentiels aux traitements ambulatoires ainsi qu’une réduction de la multiplication des prestations inutiles du point de vue médical.

Les vert’libéraux encouragent le Conseil fédéral à approfondir les mesures proposées par la commission des experts et à soumettre rapidement des propositions de mise en œuvre. En particulier, les objectifs obligatoires au sein de l‘assurance obligatoire des soins (AOS) semblent être une mesure qui permet de réduire les coûts. L'expérience des pays environnants en est la preuve. Les vert’libéraux trouvent juste que la mise en œuvre des objectifs globaux de l’AOS soit, si possible, effectuée dans le cadre des compétences existantes des cantons, partenaires sociaux et prestataires de soins. Si les objectifs ne sont pas atteints, il faudra ordonner des mesures intelligentes de sanction afin de limiter la croissance des coûts.

 

La proposition de créer un article relatif aux projets pilotes innovants pour les cantons et assureurs est particulièrement porteuse. Cela permettra d’examiner dans un cadre restreint si de nouveaux modèles et mesures de réduction des coûts résistent à l’épreuve de la pratique, par exemple la levée ou l'assouplissement de l’obligation de contracter.