Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Lundi, 13 mai 2019

Créateurs d’avenir : Nos objectifs en langage simplifié

Nous, en tant que vert’libéraux, sommes pour la protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique, pour une Suisse ouverte et libérale, pour la concurrence et l’innovation. Les élections auront lieu le 20 octobre. Lors de ces élections, nous voulons obtenir 7 pour cent des voix des électeurs. Notre objectif est d’avoir 10 sièges au Conseil national. Et nous voulons revenir au Conseil des États.

Jürg Grossen est le président du parti vert’libéral de Suisse. Jürg Grossen a dit: « La Suisse doit montrer le bon exemple pour les autres pays. Cela vaut notamment pour la lutte contre le changement climatique. Nous voulons aussi garantir nos relations avec l’Europe. C’est pourquoi nous faisons un accord-cadre. Nous permettrons ainsi à ce qu’il y ait plus de concurrence et d’innovation. Nous n’obtiendrons tout cela qu’avec plus de politiques vert’libéraux au Palais fédéral. »

 

Il est temps de protéger l’environnement et de lutter contre le changement climatique

Martin Bäumle est le vice-président du parti vert’libéral de Suisse et politique au Conseil national. Martin Bäumle a dit : « La Suisse doit montrer le bon exemple dans la lutte contre le changement climatique. Elle doit considérer la lutte contre le changement climatique comme une opportunité pour son économie. C’est pourquoi elle doit aussi protéger nos conditions d’existence naturelles et la diversité biologique. »

 

Nous, en tant que vert’libéraux, disons : nous devons modifier la loi sur le CO2. En Suisse, nous avons besoin par exemple d’un nouvel objectif pour moins de CO2. La compensation écologique est également importante à l’étranger. Nous devons garantir la qualité pour ce qui est de la compensation écologique à l’étranger. Nous avons besoin de nouvelles mesures pour le trafic routier et aérien.

 

La Suisse doit devenir le pays le plus important pour les technologies propres.

 

L’agriculture représente souvent un problème pour l’environnement. On utilise des engrais dans l’agriculture afin que les plantes poussent plus vite. Utiliser trop d’engrais n’est pas bon pour l’environnement. On utilise aussi des pesticides dans l’agriculture. Les pesticides permettent de lutter contre les nuisibles qui détruisent les plantes. Utiliser trop de pesticides n’est pas bon aussi pour l’environnement. C’est pourquoi nous avons également besoin de mesures spéciales pour lutter contre l’utilisation de trop d’engrais et pesticides.

 

Il est temps pour une Suisse ouverte libérale

Kathrin Bertschy est vice-présidente du parti vert’libéral de Suisse. Kathrin Bertschy a dit : « La Suisse doit entretenir des relations étroites avec les autres États. Cela vaut aussi pour les États du monde entier et notamment pour les États européens. Nous devons être ouverts aux autres États. Cependant, nous devons être aussi ouverts à l’intérieur de la Suisse. Nous devons être ouverts à toutes les différentes formes de vie. Nous devons rendre possible toute forme de vie et ne devons pas les limiter. »

 

Nous, en tant que vert’libéraux, disons : la Suisse doit signer l’accord-cadre avec l’Union européenne. L’accord-cadre garantit la collaboration de la Suisse et de l’Union européenne. Nous voulons introduire l’imposition individuelle. Par ailleurs, nous avons une initiative au parlement. L’initiative s’intitule : Mariage pour tous. Nous voulons mettre en œuvre cette initiative.

 

Il est temps pour la concurrence et l’innovation

Jürg Grossen est le président du parti vert’libéral de Suisse. Jürg Grossen a dit : « Nous, vert’libéraux, voulons des innovations, mais pas de protectionnisme. Nous voulons plus de concurrence. Nous ne voulons pas remettre tous les contrats aux entreprises nationales. Nous voulons soutenir des technologies modernes et pas des technologies dépassées. »

 

Nous, en tant que vert’libéraux, disons : pour ce faire, nous devons soutenir des modèles commerciaux. Et nous devons voir dans la numérisation une opportunité. Les lois ne doivent pas limiter la numérisation.

 

Les entreprises nationales en Suisse doivent s’occuper du service public. Elles doivent moins s’occuper des marchés privés.

 

La Suisse investit beaucoup d’argent dans les infrastructures. Elle construit par exemple de nombreuses nouvelles routes. La Suisse doit toutefois investir dans des systèmes de transport et systèmes énergétiques mais pas dans de nouvelles routes.

 

Dictionnaire pour le communiqué de presse

Diversité biologique
La diversité biologique signifie : de nombreuses espèces différentes d’êtres vivants doivent coexister. Les êtres vivants doivent être différents de par leurs gènes. Les êtres vivants ont besoin de nombreux types d’habitats.

 

CO2
Le dioxyde de carbone est un autre mot pour le CO2. C’est un gaz qui apparaît dans l’air. Le CO2 se produit quand on fait brûler quelque chose par exemple. Le CO2 peut être dangereux. Il contribue notamment au réchauffement de la terre. C’est-à-dire que les températures augmentent sur la terre. On appelle cela aussi le changement climatique.

 

Loi sur le CO2
La loi sur le CO2 stipule : les pays doivent causer moins de CO2. C’est pourquoi tous les pays doivent prendre des mesures pour lutter contre le CO2.


Compensation écologique à l’étranger
La Suisse soutient des projets à l’étranger. Ces projets font baisser les émissions de CO2 dans d’autres pays. Et les projets soutiennent la lutte contre le changement climatique. C’est ainsi que la Suisse fait baisser ses propres émissions de CO2.

 

Numérisation
Dans le cadre de la numérisation, des informations sont sauvegardées sur un support. Un support peut être par exemple l’ordinateur. La numérisation simplifie de nombreuses choses parce que de nombreuses personnes peuvent recevoir des informations en même temps. 

 

Imposition individuelle
Chaque personne devra payer des impôts pour ses revenus. Les impôts ne sont pas différents si l’on est marié.

 

Infrastructure
L’infrastructure est la base de tout État. Il existe différents types d'infrastructure : l’infrastructure technique et l’infrastructure sociale. Les transports publics dans un État font par exemple partie de l’infrastructure technique. Le système éducatif d’un État fait par exemple partie de l’infrastructure sociale.

 

Formes de vie
Formes de vie signifient la manière dont les personnes vivent. Chaque personne mène une vie différente. De nombreuses personnes vivent par exemple en famille. D’autres personnes vivent seules. De nombreuses personnes sont dans une relation. Même les relations sont très différentes.


Conditions d’existence naturelles
La nature elle-même fait partie par exemple des conditions d’existence naturelles. Nous recevons par exemple des matières brutes de la nature telles que le bois.
 

Protectionnisme
Le protectionniste contrôle le commerce avec l’étranger. À ce propos, ce sont les marchands suisses qui sont privilégiés en Suisse. Les vendeurs des autres pays rencontrent des difficultés. Il y a ainsi moins de concurrence.

 

Accord-cadre
L’accord-cadre est un type d’accord. L’accord-cadre permet à l’Union européenne de décider de règlements de concert avec la Suisse. Ces règlements garantissent la collaboration entre l’Union européenne et la Suisse.


Entreprises nationales
Les entreprises nationales appartiennent à l’État. C’est pourquoi l’État peut diriger ces entreprises et prendre des décisions les concernant.