Pas de réforme mais plus de dépenses : le marchandage nuisible du lobby agricole et du PLR

Organisateur
Date
16 mars 2021
Heure
Localité
Contact

Avec son message sur la politique agricole 22+, le Conseil fédéral a tracé les grandes lignes d'une politique agricole plus écologique et durable. Malheureusement, le Conseil national vient de renvoyer cette réforme aux calendes grecques. En parallèle, les parlementaires ont décidé d’étendre les enveloppes financières d’aide aux paysans. Le lobby agricole l'a ainsi emporté grâce notamment à des petits arrangements avec le PLR. Les vert’libéraux rejettent cette politique agricole rétrograde. La population aura l’occasion de mettre un terme à l’impasse actuelle en votant OUI à l'initiative pour une eau potable propre.

L'Union suisse des paysans (USP) a combattu l'initiative pour des entreprises responsables. En retour, le PLR a contribué à bloquer les réformes de l'agriculture. L’artisan de ce deal, le Conseiller aux États Ruedi Noser (PLR/ZH), a fièrement qualifié cette approche de marchandage dans la « BauernZeitung » (1). De surcroît, il y a deux ans, le parlement rejetait une vision globale de l'agriculture. Aujourd'hui, la majorité bourgeoise affirme que la PA22+ doit être suspendue en raison de son absence de vision globale. Pourtant urgente depuis de nombreuses années, la réforme de l'agriculture attendra donc.

 

Un OUI à l’initiative pour une eau potable propre entraînera les réformes nécessaires

 

Il est aujourd’hui urgent d'agir. Outre les raisons économiques, il existe d'énormes problèmes écologiques. À ce jour, pas un seul des 13 objectifs environnementaux définis par la Confédération pour l’agriculture suisse n'a été pleinement atteint. "Pour permettre une réforme de l'agriculture et améliorer le système des paiements directs, nous avons besoin d'un oui à l'initiative pour une eau potable propre en juin. Cette initiative repose sur des mesures incitatives plutôt que sur des interdictions. À l'avenir, la sur-fertilisation, l'utilisation de pesticides et d'antibiotiques ne seront plus subventionnés par le contribuable. C'est la voie véritablement libérale", a déclaré la conseillère nationale Kathrin Bertschy.

 

(1) https://www.schweizerbauer.ch/politik-wirtschaft/gute-chancen-fuer-sistierung/ resp. https://www.derbund.ch/so-kaufte-sich-der-bauernverband-die-stimmen-der-marktliberalen-609780579484