Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Mercredi, 9 décembre 2020

Les vert’libéraux appellent à l’unité nationale en ces temps de crise

Le Parlement doit être à même de remplir ses tâches, même en cas de crise. Ces dernières semaines, cela nous a permis d'adopter rapidement des mesures indispensables pour l’économie. En revanche, les vert’libéraux sont d’avis que c’est bien au Conseil fédéral qu’incombe la responsabilité de prendre les mesures nécessaires pour contenir la progression du Coronavirus. Dans une situation de crise comme nous la vivons, le gouvernement se doit de réagir rapidement et sur la base des faits scientifiques. Ainsi, les critiques qui fusent ces dernières 24 heures de toutes parts nuisent à la confiance en nos institutions et détournent les discussions du thème principal: l’urgence sanitaire. En effet, une gestion efficace et coordonnée de la crise est plus nécessaire que jamais : les chiffres actuels de cas et de décès sont alarmants et cette situation n’est pas acceptable.

Les vert’libéraux sont d’avis qu’il est tout à fait justifié que le Conseil fédéral reprenne la main dans la gestion de la crise. L'examen des chiffres relatifs aux cas et aux décès montre que le fédéralisme a atteint ses limites. Malheureusement, tous les cantons n'ont pas réussi à maîtriser la situation au bon moment. Les vert’libéraux comprennent l’indignation des cantons romands, qui ont su agir tôt. L'implication des gouvernements cantonaux par le Conseil fédéral reste cependant centrale, car elle permettra une large acceptation des mesures prises et à prendre et un retour à la normale qui sera, on l’espère, rapide. L'objectif est, dès que la situation se sera améliorée, de redonner la responsabilité aux cantons le plus rapidement possible.

 

La stratégie de vaccination est la clé

Les vert’libéraux sont convaincus que le vaccin sera un grand progrès dans la gestion de la pandémie. Seul un taux de vaccination suffisamment élevé - surtout parmi les groupes à risque - permettra d'alléger progressivement et durablement les mesures très contraignantes pour notre économie et notre société. La Confédération, les cantons et les mandataires de ces prestations ont un rôle décisif à jouer pour gagner la confiance de la population et gérer la logistique liée à la mise en place de ce nouveau vaccin.

 

Les mesures économiques restent essentielles

Les restrictions massives nécessitent encore des mesures de soutien économique. L'extension du chômage partiel et le renouvellement de l'accès aux prêts Covid sont essentiels. Il est impératif d'éviter une vague de faillites. Compte tenu de la crise actuelle et des mesures drastiques impactant gravement les entreprises et les indépendants, il est de la responsabilité du Parlement de réexaminer en permanence et, si nécessaire, d'adapter les instruments à sa disposition. Pour finir, la Confédération et les cantons ont le devoir d'assurer une mise en œuvre rapide et efficace de toutes ces mesures.