Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Mardi, 31 janvier 2017

Les vert’libéraux soutiennent une taxe incitative sur l'électricité au niveau de la loi

Les vert’libéraux se rangent clairement derrière la stratégie énergétique 2050. En fait partie la transition d’un système de subventions vers un système de taxes d’incitation dans le cadre du deuxième volet de la stratégie énergétique. Cette transition sera possible au niveau de la loi. Par conséquent, il est logique que la commission compétente du Conseil national souhaite renoncer à un nouvel article constitutionnel. En 2015 déjà, les vert’libéraux ont déposé une proposition concrète pour réaliser une taxe d’incitation sur l’électricité grise au niveau de la loi. « En introduisant une taxe d’incitation sur l’électricité on pourra exploiter l’énergie hydraulique suisse de manière économique et sans subvention. Cet instrument fiscalement neutre bénéficiera à l’environnement ainsi qu’aux contribuables », estime le président de parti Martin Bäumle.

Dans le cadre d’une première étape, on devra mettre en œuvre le premier volet de la stratégie énergétique 2050. C’est dans ce but que les vert’libéraux s’engageront de façon déterminée lors de la campagne de votation à venir. Les vert’libéraux restent persuadés qu’un système de taxes d’incitation sera la bonne voie à suivre pour la deuxième étape. Une taxe d’incitation pourra être mise en œuvre sans incidence sur la quote-part de l'État et mettra en place des incitations afin que l’efficience énergétique et les économies d’énergie soient rentables. C’est ainsi qu’on pourra réduire les émissions de CO2 en Suisse de manière efficace. En introduisant cet instrument et en diminuant les subventions actuellement en place, on ne portera pas atteinte à l’attractivité de la place économique Suisse, mais on la renforcera en tant que pôle d’innovation Cleantech.

La Suisse devrait mettre en œuvre l’accord mondial sur le climat de manière conséquente
La CEATE-N a aussi commencé à s’occuper de l’accord mondial sur le climat. Les vert’libéraux soutiennent entièrement cet accord et s’engagent en faveur d’une diminution des émissions de CO2 à hauteur de 50 % au moins d’ici 2030 par rapport à l’année 1990. Il faudra accorder une priorité aux mesures à l’intérieur de notre pays. Les mesures à l’étranger seront un complément utile si elles amènent à une réduction de CO2 qui soit au moins deux fois supérieure à celle réalisée à l’intérieur du pays.