Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Vendredi, 25 août 2017

Agenda 2030 de développement durable : il faut se concentrer et ne pas se disperser !

Les objectifs de développement durable de l’ONU devraient faciliter un développement durable sur le plan économique, social et écologique. Pour les vert’libéraux, l’agenda 2030 fournit une excellente occasion d’adapter la politique suisse à ces trois dimensions cruciales de la durabilité. Cependant, la démarche proposée par le Conseil fédéral n’est pas efficace. Au lieu de se concentrer sur des objectifs concrets, on se disperse sur une large panoplie de mesures. Le développement et l’inclusion d’un indicateur d’investissements financiers durables est indispensable.

Au lieu d’un appareil administratif surdimensionné, les vert’libéraux exigent une concentration sur les mesures pour chaque objectif de durabilité. Ceci nécessite un document concis pour chaque objectif qui indique les mesures cruciales pour sa mise en œuvre. En outre, les vert’libéraux ne comprennent pas pourquoi l’administration fédérale considère une grande partie des indicateurs internationaux soit comme non pertinents, soit comme non réalisables. Sont cités même des indicateurs qui sont déjà rapportés par notre pays au niveau international.

 


Un indicateur d’investissement financier durable est crucial
Dans ce contexte, les vert’libéraux exigent le développement et l’inclusion d’un indicateur d’investissements financiers durables dans le système d’indicateurs MONET de la Confédération. Quand des investisseurs institutionnels investissent des milliards dans des équipements qui ne respectent pas les objectifs de l’agenda 2030, toute activité du secteur public pour les mettre en œuvre est rendu insignifiante. En outre, la réorientation de moyens privés vers un développement durable est un élément central de l’agenda 2030 et du programme d’action d’Addis-Abeba. C’est pour ces raisons qu’un monitoring de ces flux financiers privés est essentiel.

 


Lien vers la réponse des vert’libéraux à la consultation (en allemand) : http://www.grunliberale.ch/unsere-positionen/vernehmlassungen.html?show=cl_b63bccc1-4a95-4f1d-93fd-a0d3711d587d