Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Dimanche, 25 novembre 2018

Un engagement important en faveur d’une Suisse ouverte et connectée au monde

« Les vert’libéraux se réjouissent du non très clair à l’initiative ‘pour l’autodétermination’. Il s’agissait d‘une attaque à la sécurité juridique de nos entreprises et nos traités internationaux. Le rejet clair de cette initiative isolationniste est un signal fort en faveur d’une Suisse ouverte et connectée au monde », se réjouit le Conseiller national Beat Flach. La majorité des délégués vert’libéraux a rejeté la modification du droit des assurances sociales, car le texte de la loi est formulée d’une manière imprudente et empiète de façon disproportionnée sur la sphère privée des assurés. Il faut maintenant garantir une mise en œuvre soigneuse. L’initiative pour les vaches à cornes aurait amélioré le bien-être des animaux. Après le non du peuple, les vert’libéraux continueront à s’engager en faveur d’une agriculture écologique qui attache une grande importance au bien-être animal.

L’initiative « pour l’autodétermination » aurait mis en péril la sécurité juridique et la stabilité économique sans nous donner aucun avantage. Elle représentait également une attaque contre les traités internationaux tels que la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). Une vaste alliance d’organisations issues de la politique, de l’économie et de la société civile a évité tout cela. Ce fort engagement contre l’initiative était primordial, parce qu’elle aurait causé d’importants dommages pour la place économique et nos relations extérieures. De plus, elle aurait affaibli notre état de droit démocratique.

 

LPGA : il faut une mise en œuvre prudente

Les délégués des vert’libéraux se sont prononcés contre la modification du droit des assurances sociales (LPGA), parce que le texte de la loi est formulée d’une manière imprudente et représente un empiètement disproportionné sur les droits fondamentaux des assurés. Une majorité de la population était de l’avis que la loi aidera à combattre la fraude en matière d’assurances sociales, renforçant ainsi la confiance dans ces assurances. Les vert’libéraux suivront attentivement l’application de la LPGA et s’engageront pour que l’observation prévue par la loi soit employée avec prudence, de manière ciblée et proportionnée que les droits des personnes observées à tort soient préservés.

 

Occasion manquée d’améliorer le bien-être animal

En promouvant le bien-être animal, l’initiative pour les vaches à cornes allait dans la bonne direction. Les vert’libéraux prennent acte du rejet de l’initiative par la population. Ils continueront à s’engager au niveau de la loi en faveur d’une agriculture écologique qui attache une grande importance au bien-être des animaux.