Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Samedi, 27 janvier 2018

Les vert’libéraux rejettent No Billag et exigent un nouveau cap pour les unions des arts et métiers et les associations économiques

« La direction de l’Union suisse des arts et métiers mise sur une politique conservatrice et des sujets secondaires au lieu de se concentrer sur les véritables préoccupations des PME. Les entreprises suisses ont besoin d’un accès garanti aux marchés internationaux, et surtout pas d’une campagne destructrice en faveur de No Billag », a estimé le président de parti et entrepreneur Jürg Grossen lors de l’assemblée des délégués convoquée aujourd’hui à Bâle. Grossen a appelé tous les entrepreneurs qui misent sur la durabilité à s’engager au sein des associations locales des arts et métiers. Il y faut un fort engagement en faveur d’une Suisse ouverte et connectée au monde et d’une politique économique favorable aux PME qui respecte l’équité entre les générations. En outre, les délégués ont nettement rejeté l’initiative No Billag ainsi que l’initiative Monnaie pleine. Le nouveau régime financier était incontesté.

Avec 6 en faveur, 113 voix contre et 8 abstentions, les délégués ont nettement rejeté l’initiative No Billag. « Le besoin de réforme est évident, mais nous sommes clairement opposés à la transformation fondamentale du paysage médiatique suisse par l’initiative No Billag. La diversité des médias et, par conséquent, des opinions dans notre pays subirait des dommages considérables », a souligné le président de parti Jürg Grossen.

 

Initiative Monnaie pleine

Après un débat contradictoire entre Kathrin Bertschy et Martin Alder du comité d’initiative, les délégués ont rejeté l’initiative Monnaie pleine avec 5 voix en faveur, 94 voix contre et 15 abstentions. « L’initiative Monnaie pleine serait une expérience très risquée qui s’accompagnerait de graves conséquences pour nos institutions. La Banque nationale serait totalement politisée et ne serait plus en mesure de garantir la stabilité des prix », a estimé la vice-présidente Kathrin Bertschy.

 

Le nouveau régime financier est incontesté

Finalement, les vert’libéraux approuvent nettement le nouveau régime financier avec 83 voix en faveur, 2 voix contre et une abstention. « Le projet est incontesté parce que le fonctionnement de l’État en dépend », souligne la vice-présidente Kathrin Bertschy.