Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Jeudi, 23 avril 2020

Les vert’libéraux admettent le tracing, uniquement sur une base volontaire et sans stockage des données centralisé

Le tracing peut être une des solutions parmi d’autres permettant de lutter contre le Covid-19. Cependant, les droits fondamentaux, auxquels les vert’libéraux sont très attachés, doivent être préservés, et ce, même pendant la crise que nous traversons. Les vert’libéraux sont d’avis que le téléchargement d’une application de tracing de-vrait se faire uniquement sur une base volontaire. De plus, il faudrait impérativement que les personnes ayant téléchargé l’application restent maîtresse de leurs données (système décentralisé de stockage). En effet, le Con-seil fédéral ne devrait pas régler cette question en passant par la voie du droit d’urgence. Pair ailleurs, les vert’libéraux soutiennent donc la motion de la CIP allant dans ce sens et qui doit être encore approuvée par le Parlement.

 

De nombreuses mesures sont nécessaires pour lutter efficacement contre la pandémie du coronavirus et pour un retour progressif à la normale. En effet, parallèlement à des tests effectués sur une population représentative, le tracing peut apporter une contribution dans la lutte. Cela permettrait en effet aux personnes concernées de savoir très tôt si elles ont été en contact avec des personnes malades et d'adapter leur comportement en conséquence. Néanmoins, les droits fondamentaux et la protection des données personnelles gardent une importance significative, même en période de crise. Par conséquent, les vert’libéraux soutiennent les décisions communiquées aujourd’hui par la Commission des institutions politiques du Conseil national (CIP).