Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Mercredi, 6 janvier 2021

Les vert’libéraux soutiennent la prolongation des mesures et attendent une accélération de la stratégie de vaccination

Les nombreux décès et la charge qui pèse sur les hôpitaux restent dramatiques. La Suisse ne peut en aucun cas l’accepter. Les vert’libéraux se félicitent que le Conseil fédéral veuille prolonger les mesures dans toute la Suisse. Un assouplissement à ce stade serait en effet malavisé. Au contraire, le Conseil fédéral a manqué l'occasion de procéder à un durcissement approprié, comme par l'introduction d'une obligation de télé-travail. En outre, les vaccinations doivent être encouragées en priorité. Le démarrage lent est insuffisant ; une meilleure coordination et plus de rapidité sont aujourd’hui nécessaires.

Les vert’libéraux ne demandent pas seulement une prolongation, mais un renforcement sélectif et approprié des mesures actuelles. Par exemple, le télé-travail devrait être rendu obligatoire dans la mesure où cela est possible pour l'activité en question. Une simple recommandation n'est effectivement pas suffisante. Les entreprises ont prouvé lors de la première vague que cette forme de travail fonctionne bien et que les contacts peuvent ainsi s'en trouver fortement réduits. De plus, l'enseignement à distance devrait être proposé aux écoles du secteur non obligatoire.

 

La stratégie de vaccination doit être plus rapide 

Les vert’libéraux sont convaincus que les vaccins contribueront de manière significative à surmonter la pandémie du coronavirus. Seul un taux de vaccination suffisamment élevé - en particulier parmi les groupes à risque - permettra d'assouplir progressivement et durablement les mesures drastiques pour l'économie et la société. La Confédération, les cantons et les prestataires de services ont un rôle décisif à jouer dans l'instauration d’un climat de confiance au sein de la population et dans la logistique. Les vert’libéraux sont d'autant plus préoccupés par le démarrage beaucoup trop lent de la vaccination. Le plan de vaccination actuel n'est assurément pas assez ambitieux ; ce qu'il faut, c'est une stratégie qui voit plus grand. D'autres pays, comme Israël, ont montré qu'il est possible de vacciner rapidement de grandes parties de la population.

 

Les mesures économiques restent essentielles

De massives restrictions exigent toujours des mesures de soutien économique. En plus de l'extension du chômage partiel il devient nécessaire de renouveler l’accès aux prêts Covid le plus rapidement possible. Il est en effet impératif d'éviter une vague de faillites. Compte tenu de la crise actuelle et des mesures drastiques impactant gravement les entreprises et les indépendants, il est de la responsabilité du Parlement de réexaminer en permanence et, si nécessaire, d'adapter les instruments à sa disposition. Pour finir, la Confédération et les cantons ont le devoir d'assurer une mise en œuvre rapide et efficace de toutes ces mesures.