Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Samedi, 6 avril 2019

Oui à la libre circulation en Europe avec Schengen, non à un deal peu démocratique aux dépens des jeunes

« Quiconque souhaite une protection cohérente du climat et le développement des traités bilatéraux ne peut que voter pour les vert’libéraux », a déclaré le président du parti, Jürg Grossen, à l’assemblée des délégués de son parti à Wangen an der Aare (BE). « Les récents succès électoraux montrent que nos positions claires, mais surtout notre travail constant dans les cantons et les communes, sont appréciés par la population », a poursuivi le président. L'assemblée des délégués s'est également concentrée sur les objets des votations populaires du 19 mai prochain. Les vert’libéraux disent OUI à la poursuite du développement de Schengen (modification de la directive européenne sur les armes) et NON à la réforme fiscale et financement de l‘AVS (RFFA).

« Schengen est un modèle de succès. Il renforce notre sécurité, permet la liberté de circuler dans toute l'Europe et est primordial pour la place économique suisse », a déclaré le conseiller national Beat Flach. La modification de la directive européenne sur les armes est très pragmatique et l'UE a répondu de façon claire aux besoins de la Suisse. En conséquence, les vert’libéraux ont décidé, par 116 contre 2 voix et une abstention, de se prononcer avec conviction pour un oui à la poursuite du développement de Schengen.

 

Non à un deal peu démocratique aux dépens des jeunes

Concernant la RFFA, l'abolition des privilèges fiscaux des holdings n’est pas contestée. Effectivement, les vert’libéraux se sont prononcés en faveur d'un projet de loi fiscale qui permettait à la Suisse de rester compétitive sur le plan international en tant que centre économique et de recherche. Cependant, un tel projet doit être présenté à la population au moyen d'une proposition indépendante et autonome, et non en liant deux objets qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre. « Le deal sur l’AVS est une attaque contre le contrat intergénérationnel parce qu'il remet à plus tard les véritables réformes des retraites au détriment des jeunes. Il viole également le principe de l’unité de la matière », a déclaré Kathrin Bertschy, vice-présidente du pvl. C'est pourquoi les délégués ont adopté le slogan suivant : « Non au paquet réforme fiscale et financement de l’AVS (RFFA) » avec 94 voix contre 27 et 7 abstentions.