Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Mardi, 6 juillet 2021

Pas de consultation digne de ce nom pour la planification cantonale hospitalière des soins aigus

Dans le cadre de la révision de la planification hospitalière, le Conseil d’État a mis en consultation un projet de conditions-cadres en date du 27 mai 2021 avec délai de réponse au 7 juillet. Le parti vert’libéral vaudois constate qu’un délai si court ne permet pas une consultation approfondie et élargie. Le Conseil d’État n’a de plus même pas pris le temps d’inclure les partis politiques dans cette consultation. « La planification hospitalière est un acte politique important et les vert’libéraux regrettent que les partis politiques n’aient pas été destinataires de cette consultation. » évoque Blaise Vionnet, député au Grand conseil vaudois et médecin établi à Echallens. De plus, les vert’libéraux vaudois s’étonnent que la Société Vaudoise de Médecine (SVM) n’ait pas été impliquée non plus. La planification hospitalière concerne tous les secteurs de la santé et a des répercussions importantes sur l'activité ambulatoire. Il aurait été opportun de consulter la SVM car celle-ci est impliquée directement au travers de ses nombreux membres acteurs dans les secteurs hospitalier et ambulatoire.

Il ressort du rapport du Conseil d'État une vision des soins très centralisatrice qui tient peu compte de la médecine privée.
Si celle-ci est mise sur la touche dans un tel projet, les patients risquent de voir une augmentation des délais d'attente pour
les prises en charge des urgences en milieu hospitalier. En outre, cette vision centralisatrice apparaît inopportune pour
plusieurs points particuliers. Par exemple, le projet d’imposer que les maisons de naissance soient localisées à l’intérieur
des hôpitaux se heurte au fait qu’en pratique, ces structures n’ont pas assez de places à offrir face à la demande. En
conclusion, les vert’libéraux vaudois souhaitent que la révision de la planification hospitalière s’appuie sur une vision plus
large des pourvoyeurs de soins de notre canton afin de respecter les principes essentiels de la transparence et de notre
démocratie.