Pour une société juste et libérale: Oui au mariage pour tous

Les vert’libéraux vaudois se sont réunis pour la première fois en présentiel depuis septembre 2020. A cette occasion, la formation progressiste vaudoise a abordé les deux objets de votations fédérales sur lesquels les Suisses devront se prononcer le 26 septembre prochain. Après une présentation de l’objet du mariage pour tou-te-s de la part du nouveau coordinateur romand du réseau vert’libéral « QueerLP », Olivier Bolomey, l’assemblée a naturelle-ment accepté par un grand oui ce texte. L’auteure de l’initiative parlementaire sur laquelle nous voterons en sep-tembre est en effet vert’libérale. Il s’agit de la conseillère nationale bernoise Kathrin Bertschy, qui a déposé ce texte en 2013 déjà. Après un long parcours parlementaire, le texte a été complété par l’autorisation du don de sperme pour les couples de femmes et cet ajout est aussi né d’une volonté vert’libérale. Il s’agit cette fois-ci du député argovien Beat Flach, qui a défendu un rapport de commission minoritaire dont le contenu a fini par figurer dans le texte de loi. « La Suisse votera sur un texte qui fait partie de notre ADN vert’libéral et nous espérons un oui à une nette majorité dans les urnes. Il est temps que tous les citoyens de ce pays soient égaux face au mariage. » évoquait Claire Richard, Présidente des vert’libéraux vaudois. Le 2ème objet soumis au vote, soit l’initiative dite « pour les 99% » a quant à elle été balayée par l’assemblée. Les vert’libéraux vaudois ont en effet estimé que ce texte rate sa cible, car il aura un impact pour un cercle d’entités beaucoup plus étendu que le 1% mis en avant par les initiants.
Samedi, 24 avril 2021

Une étape importante pour la protection du climat et pour notre économie : Oui à la loi sur le CO2

Lors de leur assemblée des délégués qui a eu lieu en ligne, les vert’libéraux, quasiment à l’unanimité, se sont prononcés pour un oui à la loi sur le CO2. Cette loi permet de franchir une étape importante concernant la protection du climat. Les mesures prises renforceront l'économie et l'industrie suisses à l’aide d’incitations financières équitables - une grande partie des taxes sur les émissions de CO2 sera reversée à la population. En outre, les vert'libéraux ont adopté d'autres prises de position pour les votations du 13 juin prochain : la loi Covid-19 constitue la base des mesures sanitaires et économiques durant cette pandémie, garantissant notamment un soutien financier aux entreprises et aux indépendants touchés. Par conséquent, les vert’libéraux ont adopté une position claire en faveur du « oui ». Les vert'libéraux sont également majoritairement opposés à la loi sur le terrorisme, qui attaque notre État de droit et nos valeurs libérales. Le « oui » à l’initiative sur l'eau potable ainsi que la liberté de vote concernant l'initiative sur les pesticides ont déjà été adoptés par nos délégués en février. La problématique des pesticides a été mise en veilleuse pendant des années : cette absurdité doit prendre fin, et l'initiative libérale pour une eau potable propre est un bon moyen d'y parvenir.

Une position quasiment unanime en faveur de la loi sur le CO2 est ressortie du vote de l’assemblée avec 166 voix pour, 1 voix contre, et 0 abstentions. « La Suisse doit assurer un rôle de pionnier concernant la protection du climat. La loi sur le CO2 est un pas important dans cette direction. Le lobby du pétrole et de l'essence est, au niveau technologique et politique, bloqué au millénaire dernier. Ce virage écologique est possible, les technologies pour y arriver sont disponibles et accessibles. Si nous la mettons en œuvre correctement, cette loi offre une grande opportunité pour notre économie et notre société », déclare avec conviction la conseillère nationale Isabelle Chevalley. 

 

Grâce à la loi sur le CO2, la Suisse contribue, à son échelle, à limiter l'augmentation de la température mondiale à 1,5 degré. Ce projet de loi est une étape intermédiaire importante vers une Suisse neutre sur le plan climatique, et d'autres pays doivent nous suivre. À cette fin, les vert'libéraux ont d’ailleurs élaboré une stratégie climatique globale intitulée « Cool Down 2040 »[1]. 

 

Un oui franc à la loi Covid-19 

 

« La loi Covid-19 est nécessaire pour que nous puissions soutenir les entreprises et les indépendants qui sont particulièrement touchés par la pandémie. Les milieux culturels, sportifs et médiatiques doivent également être soutenus pour traverser la crise », déclare la vice-présidente des vert’libéraux, Melanie Mettler. Certains des opposants alimentent des mythes : par exemple, la loi ne peut pas rendre la vaccination obligatoire. Un rejet de la loi mettrait en doute d’importantes mesures de soutien et serait sources d’insécurités juridiques. Par conséquent, les délégués soutiennent le projet de loi avec une majorité de 156 voix pour, 3 voix contre et 6 abstentions. 

 

Défendre les valeurs libérales et l'État de droit : Non à la modification de loi sur le terrorisme 

 

« La loi fédérale sur les mesures policières de lutte contre le terrorisme (MPT) doit viser à prévenir les attaques terroristes contre nos valeurs libérales et l'État de droit. Avec cette modification de loi, ces valeurs libérales et l'État de droit sont en réalité attaqués », explique le vice-président des vert’libéraux Beat Flach. La loi inclut des formulations vagues qui ouvrent la porte aux erreurs et décisions arbitraires. « La présomption d'innocence est simplement abolie par cette loi. Le principe de séparation des pouvoirs, quant à lui, est porté disparu. En effet, des mesures coercitives peuvent être ordonnées par la police sans preuves. Pour finir, le projet de loi viole la Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant, puisque des mesures lourdes peuvent être imposées aux enfants dès l'âge de 12 ans », ajoute Virginie Cavalli, Co-présidente des Jeunes vert’libéraux. Ces derniers ont déposé avec succès le référendum contre cette réforme légale. C'est pourquoi les délégués ont voté contre les MPT par 11 voix pour, 148 voix contre et 8 abstentions.  

 

Mettre fin à la tragédie des pesticides et à la surfertilisation 

 

En février dernier déjà, les délégués ont pris position pour un net oui à l'initiative pour une eau potable propre avec 160 voix pour, 7 voix contre et 7 abstentions. Malgré les efforts louables des vert’libéraux depuis de nombreuses années, le Parlement n'a pas réussi à prendre les mesures nécessaires pour une meilleure protection de l'environnement dans l'agriculture. Aucun des 13 objectifs environnementaux de l'agriculture n'a, en effet, été atteint. La nécessité d'agir est indéniable : pollution excessive par les pesticides, excédents d'azote, lacs avec surplus d’oxygène et autres atteintes à la biodiversité. L'initiative pour une eau potable propre met en place des mesures incitatives plutôt que sur des interdictions afin de s'attaquer enfin à ces problématiques. À l'avenir, la surfertilisation, l'utilisation de pesticides et d'antibiotiques à titre prophylactique ne seront plus subventionnés par le contribuable. Cette décision est libérale et juste. 

 

L'initiative « pour une Suisse sans pesticides de synthèse » s'attaque également aux problèmes écologiques. Cependant, l'initiative sur l'eau potable propre cible la réalisation d’investissements dans un modèle agricole durable plutôt que sur des interdictions et du protectionnisme. Par conséquent, les vert'libéraux ont décidé en février par 95 voix contre 73 et 6 abstentions de laisser la liberté de vote à ses membres et électeurs et de se concentrer clairement sur l'initiative pour une eau potable propre. 

 

Pour toutes demandes de renseignements : 

 

Michel Matter, vice-président, Conseiller national, tél. 079 285 34 38 

 

Au sujet de la loi CO2 :  

 

Isabelle Chevalley, Conseillère nationale, membre de la CEATE-N, tél. 079 627 92 30 

Martin Bäumle, Conseiller national, membre de la CEATE-N, tél. 079 358 14 85 

 

Au sujet de la loi anti-terroriste :  

 

Virginie Cavalli, comité « Non aux détentions arbitraires », co-présidente des Jeunes vert’libéraux Suisse, tél. 079 575 90 54 

Beat Flach, vice-président du groupe parlementaire, membre de la CAJ-N, tél. 079 402 91 12 

 

Au sujet de la loi Covid-19 :  

 

Jürg Grossen, président du parti, Conseiller national, membre de la CER-N, tél. 079 444 94 65 

Melanie Mettler, vice-présidente, Conseillère nationale, membre de la CSSS-N, tél. 078 781 18 48 

 

Au sujet de l’initiative pour une eau potable propre et l’initiative anti-pesticides :

 

Tiana Moser, présidente du groupe parlementaire, tél. 076 388 66 81